top of page
Rechercher

LA MACHINE À COUDRE , SON HISTOIRE ET SON FONCTIONNEMENT

La machine à coudre a fait ses preuves depuis sa création.

Elle prend de plus en plus d’importance dans l’équipement du foyer,

en effet , elle fait gagner un temps précieux lorsque vous vous consacrez à la création d’ouvrage très compliqué et réalisable à la main.

Très vite, vous vous apercevrez que vous ne pouvez plus vous en passer.




Le principe d’une machine à coudre


Le principe d’une machine à coudre est le même pour tous, peut importe le modèle il fonctionne généralement de la même manière.


La machine à coudre réalise un point noué à deux fil :

-le fil du dessus provient de la bobine et passe dans le trou de l’aiguille de la machine

-le fil du dessous provient de la canette généralement sous la machine






  1. La canette et la boîte à canette : La canette est une bobine de fil elle se met soit dans une boîte à canette ( en fonction des machines, l’ouverture de la boîte se situe à différents endroits),soit posée sur un support (chaque machine à sa propre taille de canette).


2. plaque à aiguille : elle comporte des lignes graduées qui servent à piquer un ouvrage en conservant un écartement régulier.


3. Le pied presseur et la griffe d’entraînement : leur action conjuguée fait avancer le tissu. Il existe différents pieds presseurs ( pour les zips ou fermeture à glissières, fronce, biais, boutonnière…).

4. L’aiguille : elle comporte une rainure le long de laquelle le fil doit courir avant de passer par le chas et, dans le haut ou talon , un méplat qui permet de la mettre dans la bonne position. La grosseur de l’aiguille change selon la matière du tissu utilisé ( voir dans un autre blog)

5. Le pince-aiguille : il maintient l’aiguille par une vis de serrage, il est placé à l’extrémité inférieure de la barre à aiguille.


6. Le levier et le cadran de pression : le levier sert à abaisser le pied presseur sur le tissu à piquer. Certaines machines ont un cadrant de pression, il permet de varier la pression du pied presseur selon les épaisseurs.


7. Le releveur de fil et la tension : le releveur est une étape de l’enfilage, et la tension permet une formation des points en fonction des fils utilisés.


8. Le sélecteur de point : il commande le choix des points par l’intermédiaire des cames incorporées au mécanisme des machines superautomatique.


9. Les cames : Elles permettent la réalisation de points, lorsqu’elles sont incorporées au mécanisme, leur sélection se fait automatiquement.


10. Le réglage de position d’aiguilles : c’est un bouton qui permet de régler la position de l’aiguille cela permet d’exécuter des travaux spéciaux.


11. Le volant : il comprend une gorge qui reçoit la courroie motrice. Grâce à sa masse, il rend le mouvement régulier. Il est muni d’un débrayage que l’on utilise pour remplir la canette.


12. Le réglage de largeur de point : ce bouton commande le mouvement latéral de l’aiguille, il permet de faire le point de zigzag pour le surfilage et le point de bourdon pour des coutures esthétiques.


13. Le réglage de longueur de point : il permet d’agrandir ou de raccourcir la longueur des points droits, de zigzag et de bourdon.


merci d'avoir lu et à la prochaine pour de nouveaux articles (;

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page